Edith Piaf, sa place , sa sculpture

Publié le par Thomas

 

 

Lettre à ceux qui n’aiment pas la Statue d’Edith Piaf

 

 

 

 

L’œuvre de Lisbeth Delisle est difficile.

 

Elle ne caresse pas l’amateur dans le sens du poil, on ne caresse pas les sculptures de Delisle.

 

Elle refuse de se compromettre ni avec le beau convenu, ni avec le gentil décoratif.

 

Elle construit, déconstruit, agence, accouple, et décuple dans l’espace, des pleins et des vides imbriqués les uns dans les autres, qui se répondent en une gestuelle lisible et rythmique.

 

Elle suggère personnages et décors, joue avec la lumière, qui d’heure en heure les anime d’ombres portées.

 

Le regard attentif de ses sculptures révèle un univers poétique un cubisme flou, impressionniste où, plan après plan, rebondit la musique de la lumière.

 

Ainsi, pour interprétation d’Edith Piaf, Lisbeth regrette, de n’avoir pu disposer d’un temps suffisant de recul, de réflexion qu’elle consacre habituellement à ses créations, afin que la synthèse entre le sujet et la forme puisse s’affiner, s’équilibrer et rayonner en harmonie.

 

La personnalité d’Edith Piaf, par sa dimension mythique ne peut qu’obliger l’artiste à transcender, à faire chanter, crier les formes. Lisbeth l’a certainement conçu de cette façon.

 

Il a fallu un courage certain aux commanditaires pour engager cette œuvre commémorative.

 

Pour ma part j’y trouve mon compte, je vois, je ressens la Môme qui bouillonne sous sa petite robe, elle décolle du pavé parisien, je l’entend chanter pour le monde entier les joies, les bonheurs et les souffrances des gens simples, et je m’attends a ce qu’un petit bourgeois bien pensant lui jette une obole.

 

Cette sculpture participe à l’auréole de la grande dame de la chanson. Elle est un hymne à l’espoir.

 

L’espérance d’une artiste qui cherche, qui travaille à traduire, à exprimer avec courage l’essentiel, l’amour, le vrai et qui ne sacrifie en aucun cas l’imagerie conventionnelle ou se plait la critique bienséante.

 

Publié dans sculpture

Commenter cet article

Thomas 01/06/2007 20:55

salut à toi ^^
c'est très gentil d'être passé et d'avoir laissé un message.
Sur ce... je vais y répondre:
Reprenons d'abord l'inspiration du cubisme. La photo ne rend pas au mieux l'oeuvre de Delisle mais j'ai indiqué un cubisme flou ce qui est le cas. on remarque lorsque l'on se rapproche un jeu avec les plans et les lumières qui arrivent sur la sculpture.
Ensuite concernant la clôture, la photo est vieille et aujourd'hui hui Édith est surélevée d'un petit socle et les barrières ont disparue.

Jorillaz 29/05/2007 22:56

Salutations les deux!^^
Je passait par ici et je me suis dis que ne pas laisser de commentaires serait une honte de ma part! ^^
En plus ton sujet m'a donné envie de réagir, j'aime beaucoup l'écriture de ton analyse, peut être juste t'envole tu un peu trop dans un lyrisme, qui rend la lecture un peu lourde!
Sinon l'analyse et la présentation de l'oeuvre sont la et on découvre et on apprend avec plaisir! ^^
Pour l'oeuvre elle même et en comparaison a ce que tu dis dans ton analyse, je ne sais pas ce que fait d'autres Mme Delisle, mais je ne trouve pas la déconstruction et l'inspiration cubiste et autre, ainsi que les jeux d'ombres qui font apparement monnaie courante et la particularité du travail de cette artiste. On a vraiment l'impression d'être face à une sculpture de commande, faite plus dans l'alimentaire et se dépouillant de caractéristique artistique plus personelles... De plus la façon dont est présenté cette statue ne la mets pas du tout en valeur, cette cloture hideuse l'entourant, pas de plaque de commémoration ou de présentation, pas de pieds d'estale, pas de mise en valeur...Si les commenditaires voulais jouer sur l'echelle humaine et populaire du personnage, enfermé cette icone qu'est piaf, va a l'encontre de cette idée!
En clair comme tu le dis a un moment je trouve que Piaf en tant que Sujet mérite beaucoup plus d'attention et de moyen de mise en oeuvre, pour célébrer toute la force et la particularité de ce petit bout de femme, devenu l'un des plus gros symbole de la chanson francophone!!!